Lucas Vincent, Chef une étoile

Restaurant Etincelles- La Gentilhommière à Sainte-Sabine-Born


Style: Gastronomie française, moderne, créative et visuelle.

Plats signatures: crustacés et aubergines au pesto, pecorino et ail cru, zeste de citron – Truite comme un gravlax, fleurs et pousses de mon jardin, condiment abricot-cidre.

Vincent est diplômé en 1994 et a commencé sa formation à la Cantine des Gourmets avec Philippe Bardau. Trois ans plus tard Aux Fermes de Marie à Megève avec Nicolas Lebec puis avec René Gillard à l’Esplanade. Il décide de voyager un peu et s’installe à Saint Barthélemy, Oxford, Monaco…
En 2001, il reprend la Villa Morelia à Jausiers dans les Alpes-de-Haute-Provence, où il obtient sa première étoile en 2006.
Il décide de créer avec son épouse leur propre maison: La Gentilhommière, maison d’hôtes dans laquelle ils ouvrent le restaurant Etincelles dans le Périgord.
Dès la première année, il se distingue à nouveau d’une étoile.

Il définit sa propre cuisine:

“Ma cuisine est un contraste entre simplicité et complexité, avec des alliances de saveurs multiples mais bien distinctes, comme une cuisine invisible et épurée. C’est le respect du produit dans son intégralité ou la création de nouveaux goûts, résultat d’une imagination liée souvent aux rêves et à l’instinct. C’est une cuisine spontanée qui file au travers des saisons, une cuisine d’émotions qui bouge avec le cœur. Ma philosophie culinaire ne change pas avec le temps, mais elle s’adapte aux modes et au temps qui passe, puis elle suit ses propres envies et ses crises de chef toujours sur le vif. Pour moi, mes plats ne sont créés le plus souvent qu’avec l’esprit et les souvenirs, sans test, puis c’est le client « Ouvert » qui teste et qui commente. Tout est question d’expérience et de la quête du « Bon », sur un chemin semé de bonheurs, de reconnaissance et d’un éternel apprentissage. Mais évidemment la cuisine est faite d’émotions, alors comment la contrôler complètement lorsqu’on crée son menu au jour le jour, sans filet, de manière spontanée et instinctive ? Ma cuisine vient du cœur et il m’est impensable de passer des jours ou des semaines à élaborer un plat. Un sentiment n’est pas réfléchi et un plat ne doit pas trop l’être non plus. Quelle plus belle récompense que de faire aimer un produit à une personne qui d’habitude ne l’aime pas ! L’enchainement de plats mène au plaisir et c’est la réussite du repas dans son ensemble qui créera un souvenir (ou pas).”